Renseignements




Mairie de Saint-Saulve

146 rue Jean Jaurès
59880 Saint-Saulve
Tél : 03 27 14 84 00
Fax : 03 27 14 84 49
e-mail :
mairie@ville-saint-saulve.fr
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. -----
Superficie :  1 204 ha
11 303 habitants
APE : 751 A
SIRET : 215 905 449 000 17
Code INSEE : 544
-----
Marché hebdomadaire :
MARDI MATIN
Av. Charles de Gaulle

Sur les afficheurs...

 

Kiosque & divers

 

 

 

UNE MODE IMPOSÉE SOUS LA TERREUR :

LES PRÉNOMS VÉGÉTAUX

  Sous ce qu’on a appelé «la Terreur», en 1793, un mouvement de déchristianisation et de «républicanisation » a fait débaptiser les communes dont le nom rappelait l’Ancien Régime ou la religion catholique : Condé devint Nord-Libre, et Saint-Saulve Brenne-Libre, en souvenir du légendaire Brennus, qui aurait fondé le village. Néanmoins, les officiers d’état civil hésitent, en 1794 et 1795, entre «commune de Saint-Saulve», «commune de Saulve» et «commune de Brenne-Libre, ci-devant Saint-Saulve».

  Dans le calendrier républicain, qui fut en usage de 1793 à 1806, les noms des saints étaient remplacés par des noms de végétaux, d’animaux, d’instruments, d’objets usuels, de phénomènes atmosphériques, ou encore d’unités et sous-unités du système métrique. De même que beaucoup d’enfants portaient le nom du saint du jour, il y eut donc à Saint-Saulve, en 1794 - 1795, des enfants portant comme prénom le nom de la plante inscrite au calendrier républicain (on ne trouve heureusement pas de noms d’animaux ou d’outils !)1

 

  Le calendrier républicain ayant été appliqué à partir de fructidor de l’an II, le premier enfant enregistré, le deux fructidor, fut prénommé... Fructidor !

  Outre les Rose, Marguerite, Narcisse, Hyacinthe, prénoms assez courants déjà sous l’Ancien Régime (Narcisse et Hyacinthe étaient aussi donnés à des filles), on trouve à «Brenne Libre», en 1794 -1795, un Maïs, UN et UNE Verge d’Or, un Églantier, un Sorgho, un Raisin, un Chêne, un Dubois (pour du Bois ?), un Jassin (pour Jasmin ?), UN Framboise... et un Petit Chou :

«Aujourd’hui traitidi le vienq troit brumair troisième anée de la Republic francesse a sis heur du soir par devant moi francois deschanvres officier public de la Commune de Saint-Saulve district de Valencien département du nord et Comparu en la maison commune le Citoyen francois joseph lainne agé de vienq trois ans march(and) de bas de profession lequel etoit a compagnie de josschef vuibaux agé de quarante un ans journalié de profession domisilié a Raimme et de félisitet nicaise agé de vienq sept ans domisilié au di Saulve a de Clarée a moi francois deschanvres officié public que janne nicaise et pouses legitime etoit acouchée a dix heur du matain dun anfant male le quel lui a été pour pronon petit choux daprée cette denommée et que le temoin ont de Clarée aitre la verité daprée le pouvoirs qui me sont de leguée je Redige le presan acte que josphe vuibaux a seignie avec moi le pere le susdi fait le jour mois et ans que desus».

  Ayant respecté l’orthographe d’origine, nous sommes obligé de transcrire :

  «Aujourd’hui, tridi [le troisième jour de la décade], le vingt-trois brumaire, troisième année de la République française, à six heures du soir, par-devant moi, François Deschanvres, officier public de la Commune de Saint-Saulve, district de Valenciennes, est comparu en la maison commune le citoyen François-Joseph Lainne, âgé de vingt-trois ans, marchand de bas [?] de profession, lequel était accompagné de Joseph Wibaux, âgé de quarante et un ans, journalier de profession, domicilié à Raismes, et de Félicité Nicaise, âgée de vingt-sept ans, domiciliée audit [Saint] Saulve, [et] a déclaré à moi, François Deschanvres, que Jeanne Nicaise, son épouse légitime, était accouchée, à dix heures du matin, d’un enfant mâle, auquel a été [donné] pour prénom Petit Chou, d’après cette dénommée [déclaration], et que les témoins ont déclaré être la vérité. D’après les pouvoirs qui me sont délégués, je rédige le présent acte que Joseph Wibaux, le père susdit, a signé avec moi. Fait les jour, mois et an que dessus».

  Cet usage des prénoms végétaux dura moins de quatre mois (de début fructidor de l’an II à début frimaire de l’an III). Cependant, un garçon né en 1795 fut encore prénommé Jacinthe Libre ! Il semble évident, comme le fait remarquer le Chanoine Platelle, que cette mode éphémère a dû être encouragée par les autorités locales, puis abandonnée «parce que la pression officielle avait cessé de s’exercer».

1. On trouve à cette époque à la Châtre (Indre), les prénoms Centigramme, Myriamètre, Chandelle, Clarinette, Démocrate, La Sécheresse, Verglas... (communication d’Alain Valembois).


BIBLIOGRAPHIE

  • Saint-Saulve. Relevé des actes et contrats de mariages, 1618-1812. Table des actes de mariages 1813-1900, par Dominique Élien, avec la collaboration d’Albert Place et la participation de Christian Séverin, Association Généalogique Flandre-Hainaut, Valenciennes, mars 2001. Christian SÉVERIN, «Saulve, c’est Super !», Le Chou Rouge N° 13.


Haut de page

Espace Citoyens

Mon Avis Citoyen

e-Administration

Au menu

Vendredi 18 octobre

Pizza

Brochette de poisson
sauce beurre blanc
Courgettes sautées
Riz

Fromage

Fruit

Lundi 21 octobre

Salade

Hachis parmentier

Fruit

Goûter

Mardi 22 octobre

Salade piémontaise

Sauté de veau
Champignons
Carottes Vichy

Samos

Fruit

Goûter

Mercredi 23 octobre

Poireaux à
la vinaigrette

Sauté de dinde
Riz
Salsifis

Petit Brun d'Affinois

Fruit

Goûter

Jeudi 24 octobre

Céleri rémoulade

Lasagnes végétales

Rondelé ail &
fines herbes

Yaourt

Goûter

Vendredi 25 octobre

Salade d'endives

Parmentier de poisson
Brunoise de légumes

Chanteneige

Fruit

Goûter

à la M.J.C

 

Suivez-nous